L’IHOES en quelques mots…


Responsive image

Derrière la dénomination un rien solennelle d’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale (IHOES), se cache une ASBL (association sans but lucratif) indépendante et pluraliste active à la fois comme centre d’archives privées et service d’éducation permanente. Situé à Jemeppe-sur-Meuse, en plein cœur de l’ancien bassin industriel liégeois, l’IHOES emploie actuellement une équipe dynamique et polyvalente composée de six personnes.


L’IHOES préserve depuis près de quarante ans la mémoire des travailleurs et de leurs luttes pour l’émancipation – sous toutes ses facettes et à travers tout type de documents – et se charge également de faire vivre ce patrimoine historique exceptionnel, de le valoriser via toute une série d’activités (animations citoyennes, expositions, conférences, formations, etc.), de l’utiliser pour alimenter l’analyse du temps présent via de nombreux articles et études...

Le centre d’archives et de documentation


Gérer le centre d’archives et de documentation constitue l’une des deux missions principales de l’IHOES, qui collecte, conserve, trie, classe et inventorie (à l'aide d'un logiciel de catalogage professionnel) patiemment plus de 3,5 km linéaires d’archives et de documents divers (consultables, sur rendez-vous, en salle de lecture). Les collections de l’IHOES sont riches, abondantes et variées : elles couvrent un champ chronologique qui s’étend des origines de la révolution industrielle à aujourd’hui, en appréhendant l’histoire des travailleurs sous toutes ses facettes (sociale, économique, politique, syndicale, éducative...) et à travers tout type de documents (fonds d’archives « papier » et numériques, monographies, brochures, périodiques, photos, films, cartes postales, affiches, peintures, objets muséaux, etc.).


Voir aussi :
- Notre catalogue en ligne (CollectiveAccess)
- La page de notre site présentant nos fonds et collections
- L'aperçu sommaire de nos fonds et collections (PDF)

Responsive image

Le service d’éducation permanente


Responsive image

En tant que service d'éducation permanente, l'IHOES a pour objectif de sensibiliser un large public à l'histoire ouvrière, économique et sociale et à sa conservation. Son action prend la forme d'animations citoyennes et de publication d'analyses (téléchargeables sur le site) et d'études.

Ces dernières entendent interroger, par un recours à la perspective historique, la société dans laquelle nous évoluons et encourager l’esprit critique et la prise de position citoyenne. De très nombreux articles sont ainsi librement téléchargeables sur notre site Web. À côté des ressources écrites, l’IHOES développe également des animations de terrain qui entendent amener les participants à (re)découvrir l’histoire sociale, à se la réapproprier et à entrer dans une démarche de réflexion analytique et critique tant du passé que du présent : ateliers « Récits de vie », groupe de collecteurs de mémoire orale, etc.

Un peu d’histoire…


L’IHOES doit son existence à deux personnalités hors du commun. À la fin des années 1970, Michel Hannotte et René Deprez, deux historiens engagés, entendent battre en brèche le mépris dans lequel l’histoire sociale est tenue au sein de l’historiographie classique et remédier à la disparition des archives économiques et sociales de Wallonie. En effet, si à l’époque une législation veille déjà à la préservation des archives publiques, rien n’existe pour les archives privées. Grâce à l’action conjuguée de ces deux historiens liégeois, se constitue peu à peu un important ensemble documentaire et archivistique.

En 1979, les collections de l’IHOES sont déposées à la bibliothèque communale de la Ville de Liège « Les Chiroux ». Environ dix ans plus tard, après une installation transitoire dans des locaux privés, l'IHOES sera hébergé à la Maison communale de Jemeppe-sur-Meuse (Seraing), lieu qu’il occupe encore aujourd’hui.

Jusqu’à sa disparition en août 2005, Michel Hannotte a dirigé l’IHOES avec une passion et une rigueur scientifique qui ont contribué à forger la réputation de l’Institut au niveau international. Engagé corps et âme dans la sauvegarde du patrimoine archivistique wallon, il a été l’un des principaux instigateurs du décret relatif aux centres d’archives privées mis en place par la Communauté française (aujourd'hui Fédération Wallonie-Bruxelles) en 1994.

Responsive image Michel Hannotte lors d'un colloque sur le Front de l'Indépendance.