Lettre d'information n°16 - 20 avril 2010.
Exposition Partager le savoir. Deux siècles de vulgarisation scientifique et technique au pays de Liège

Vulgariser, populariser la science, c'est la faire sortir des laboratoires pour la partager avec les citoyens, la faire entrer dans la culture. Du règne de Velbrück à la création de l'Embarcadère du Savoir, Liège, pôle scientifique et technique, a aussi été un foyer de diffusion des connaissances. Le public, les méthodes, les objectifs ont changé, mais la culture scientifique, technique et industrielle reste un levier du développement économique et du progrès social.

L’exposition met en lumière comment, avec la révolution industrielle, se renforce le processus de diffusion du savoir dont les cabinets de curiosité et l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert avaient constitué les balbutiements. Elle met en lumière les acteurs de cette vulgarisation, les publics auxquels celle-ci s’adresse et les moyens déployés dans cette œuvre d’éducation populaire.

Ce projet, initié par le Centre d’histoire des sciences et des techniques (CHST), est organisé avec notre contribution, ainsi que celles de l’Institut liégeois d’histoire sociale (ILHS) et du Centre d’action laïque de la Province de Liège.

Renseignements pratiques :
Du 29 avril au 28 mai 2010

Tous les jours de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30

Lieu :
Embarcadère du Savoir

Quai Van Beneden, 22
4020 Liège

Entrée libre

Découvrez notre nouvelle étude...
Et nos analyses en ligne !


L’ouvrage Le tournant des années 1970. Liège en effervescence vient de paraître aux éditions Les Impressions nouvelles. Publié sous la direction de Nancy Delhalle et de Jacques Dubois, avec la collaboration de Jean-Marie Klinkenberg, cet ouvrage collectif met en lumière l’ébullition extraordinaire qu’a connue la vie culturelle à Liège dans les années 1970. Du Conservatoire à la RTB-Liège, du Cirque divers aux Grignoux et à l’Université, on voit des institutions, des groupes improvisés, des animateurs polariser cette effervescence. Des créateurs apparaissent qui marquent l’époque de leur empreinte. L’ouvrage se veut une histoire vivante de cet épisode foisonnant. Il relie celui-ci aux événements sociaux qui ont préparé ou marqué les années en cause. La décennie 1970 s’inscrit à Liège dans la mouvance des grèves de 1960 en Belgique, dans celle de Mai 68 et dans un mouvement de luttes auquel artistes et intellectuels furent associés.
La contribution de l’Institut à l’ouvrage se centre sur le contexte social de l’époque. Dans leur article "Des occupations d’usine à la médiatisation culturelle", Eric Geerkens et Ludo Bettens montrent que les conflits sociaux des années 1970 se caractérisent par un recours à des formes de lutte assez nouvelles dans notre pays (occupations d’usines, pratiques autogestionnaires…) et par un fort souci de médiatisation. Ils mettent en évidence comment les conflits deviennent l’occasion de manifestations culturelles inattendues : pièces de théâtre, chansons de lutte, documentaires filmés, fêtes de solidarité…
L’ouvrage est disponible en librairie au prix de 29,50 €.

Les deux nouvelles analyses mises en ligne témoignent une fois de plus de la volonté de l’IHOES d’aborder les réalités sociales en multipliant les angles d’approche et en variant les thématiques. Jean-Pierre Nossent se livre dans "Évaluation ou contrôle : repères pour l’éducation permanente" à une analyse des concepts de contrôle et d’évaluation. Ces deux notions sont souvent confondues bien qu’elles reposent sur des présupposés antinomiques : tandis que le contrôle se rapporte à une transmission hiérarchique du maître vers les apprenants et a pour but l’intégration dans un modèle dominant, l’évaluation, nettement moins coercitive, parie sur la capacité de créativité de tous et poursuit une visée émancipatrice.
Dans "La crise des subprimes : fin ou mutation du capitalisme ?", Bernard Thiry revient sur les causes de la crise mondiale qui nous frappe de plein fouet depuis 2008 et la compare à la grande dépression qui suivit le krach boursier de 1929. Après avoir pointé du doigt les dysfonctionnements qui ont rendu possible une telle catastrophe, il en tire quelques leçons éclairantes.

L'équipe de l'IHOES se renforce !

Sur moins d'un an, l'IHOES a eu la possibilité et le plaisir de solidifier son équipe en engageant deux nouvelles recrues. Engagée depuis la mi-juin dans le cadre de notre nouvelle reconnaissance en éducation permanente, historienne diplômée de l’Université de Liège et précédemment archiviste chez étopia (centre d'animation et de recherche en écologie politique), Dawinka Laureys est notre nouvelle responsable en matière d'éducation permanente. Un mois plus tard, l'IHOES a engagé Sylvie Moyse, bibliothécaire-documentaliste fraîchement sortie de la Haute École Léon-Eli Troclet, afin de remplacer la bibliothécaire en titre, Christel Mawet, alors en congé maternité. Au retour de cette dernière, nous avons décidé d'engager Sylvie à temps-plein, pour une durée d'un an, avec l'espoir de pouvoir prolonger son contrat.

Des nouvelles du centre de documentation et d’archives

La présence de deux bibliothécaires-documentalistes travaillant de concert nous a permis de passer à la vitesse supérieure en matière d'encodage et de gestion de la bibliothèque et des collections apparentées. Le traitement de la collection de périodiques de l’Institut a sensiblement progressé au cours des derniers mois : près de 150 nouveaux titres ont été introduits dans Pallas. En outre, l’encodage de la presse communiste a été poursuivi et atteint actuellement plus de 470 titres !

En matière d’archives, un nouvel inventaire est en voie d’achèvement : le fonds du Laboratoire de pédagogie et de psychologie de l'enfant - Enseignement d'Angleur. Ces archives sont d’un grand intérêt pour l’histoire des pédagogies actives car elles traitent du Laboratoire créé en 1928 et dirigé par Andréa Jadoulle, ainsi que du groupe scolaire expérimental lié à ce laboratoire en vue d’appliquer les nouvelles pédagogies d’alors (Decroly et Piaget). De plus, en parallèle à l’inventaire du Théâtre de la Communauté, l’IHOES a commencé à numériser les très nombreuses photographies comprises dans ce fonds. Elles devraient être consultables prochainement sur notre site via le logiciel d’inventaire en ligne Pallas. Ceux qui veulent se faire une idée plus précise des archives photographiques de l’Institut se reporteront à l’article que Camille Baillargeon a publié à ce sujet dans le premier numéro de 2010 du Bulletin d’information de l’Association belge d’histoire contemporaine. Un exemplaire est consultable à l’IHOES.

L’avancement de notre travail d’inventaire et de catalographie a un impact direct en termes de visibilité de l’IHOES et de fréquentation de sa salle de lecture. En témoigne le nombre accru de demandes de consultation et de visites de lecteurs.

Depuis notre dernière lettre d’information, deux dons principaux d’archives ont rejoint nos collections : Walthère Franssen nous a cédé des documents relatifs au Charbonnage Bonne Espérance, Batterie, Bonne fin et Violette ainsi qu’une collection de périodiques (Alternatives wallonnes, MAS Action…). Jeanine et Patrick Garcia nous ont quant à eux confié les archives de leur mère : Inès Cortès, niña della guerra accueillie par une famille belge pendant la guerre civile espagnole. Ses archives comportent, outre des documents familiaux, des tracts, affiches, autocollants et pin’s liés aux combats qu’elle a menés sa vie durant en faveur de la démocratie, de la justice sociale et du pacifisme.

Plate-forme Mémoire orale

Depuis 2006, l’IHOES est chargé par la Communauté française de Belgique de mettre en place et de gérer une plate-forme consacrée à la mémoire orale en Wallonie et à Bruxelles. Celle-ci se veut le lieu de rencontre pour tous ceux ("professionnels" ou simples amateurs) qui s’intéressent aux archives orales. Le site s’est fortement enrichi au cours de ces années et propose désormais une bibliographie des principaux ouvrages consacrés à la question, des fiches techniques, des études de fonds et un répertoire des diverses associations et institutions actives en matière de mémoire orale au sein de la Communauté française et des archives qu’elles conservent. Mais l’un des apports les plus intéressants de la plate-forme est de proposer des extraits d’interviews. Ce sont actuellement plus de 45 capsules sonores qui peuvent être écoutées en ligne et livrent des témoignages sur l’histoire des maisons du peuple en Wallonie et à Bruxelles, de la mutualité socialiste liégeoise ou encore de la connexion entre culture et conflits sociaux dans les années 1970. Découvrez la plate-forme en cliquant ICI.

Par ailleurs, si vous disposez d'articles en rapport avec la mémoire orale ou si vous avez entre les mains des documents sonores (interviews, témoignages, chansons, etc.) que vous souhaiteriez valoriser sur le Web, vous pouvez contribuer à faire vivre cette plate-forme ! N'hésitez donc pas à prendre contact avec nous !

Agenda

1er Mai
Venez retrouver l’équipe de l’IHOES à la fête du 1er Mai syndical, place Saint-Paul. Contrairement aux années précédentes, le stand de l’IHOES ne se trouvera pas à l’intérieur du bâtiment de la FGTB, mais sur la place même au milieu des autres acteurs du secteur associatif.

29 mai : Rallye historique pédestre de la Maison médicale Solidarités de Seraing
Depuis deux ans, l’IHOES participe au groupe "Histoire" mis en place par la Maison médicale Solidarités de Seraing en vue d’organiser avec les patients une activité de sensibilisation à l’histoire de Seraing et de ses luttes. Il s’agit ainsi d’encourager la population locale à se réapproprier un passé dont elle peut être fière et, à travers lui, à prendre conscience des possibilités d’actions aux problèmes sociétaux qu’elle rencontre.
C’est dans ce cadre que sera organisé, le samedi 29 mai à partir de 11h30, (et durant tout l’après-midi) un rallye historique dans les rues de Seraing autour du quartier du Val Potet. Le parcours, d’une durée de 2h30 environ, démarre du square du Val Potet et mêle énigmes historiques et jeux d’adresse. Les inscriptions ont lieu le jour même de 10h à 14h.
À cette occasion, vous pourrez également découvrir l’imposante fresque "Seraing, hier, aujourd’hui et demain" réalisée récemment, sur base d’archives iconographiques de l’Institut, par des jeunes du quartier du Val Potet et des travailleurs sociaux du CIAJ-AMO de Seraing. Renseignements auprès de la Maison médicale Solidarités au : 04/338.01.55.

Institut d'histoire ouvrière, économique et sociale
3, Avenue de Montesquieu B-4101 SERAING
Tél./fax : +32 (0)4 330 84 28 ou +32 (0)4 330 84 46
Courriel : info@ihoes.be - Site Web : www.ihoes.be