Lettre d'information n°35 - 22 octobre 2013.
Exposition « Regards militants sur le XXe siècle : l’affiche communiste en Belgique »

Du 25 octobre prochain au 6 janvier 2014, en collaboration avec les Musées de la Ville de Liège, le musée des Beaux-Arts de Liège (BAL) accueillera cette version adaptée et enrichie de l’exposition que nous avions montée à l’automne dernier à l’ULB avec le CArCoB, le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches et le Mundaneum.

Grâce à une sélection de 150 affiches (dont certaines rares), nous vous convions à parcourir le XXe siècle, à travers le prisme des prises de position des divers groupes et partis se revendiquant du communisme (PCB, PTB, LRT, mais aussi CCC...).

Quatorze thèmes traversent l’exposition. Ils abordent les combats menés par les groupes communistes en matière de revendications sociales (durée de travail, congés payés, etc.) et recouvrent tous les affrontements politiques du siècle dernier : la guerre froide, le mouvement pour la paix, le combat féministe, les solidarités internationales avec des peuples en lutte (Vietnam, Congo...), les luttes contre l’apartheid et les dictatures fascistes (Franco, Pinochet, etc.)... S’ils mettent en évidence les points de convergence entre les diverses mouvances (marxiste-léniniste, trotskyste, maoïste, grippiste…), ils font aussi apparaître les divergences existant entre elles sur des questions telles les élections (participation ou boycott) ou la légitimité de la violence pour mener la révolution. L’exposition rend également compte de la richesse et de la vitalité de la culture communiste.

Ce parcours tisse par ailleurs, à bien des égards, des liens avec le présent dans la mesure où certaines revendications – parfois vieilles de plus de 50 ans – trouvent encore un écho dans notre société actuelle. C’est le cas par exemple des revendications de nationalisation des banques, de soutien à la sidérurgie wallonne, d’une plus grande justice fiscale ou encore de la dénonciation des politiques d’austérité...

Enfin, au-delà de l’aspect historique, l’exposition s’interroge de manière transversale sur le medium de l’affiche. Objet par essence éphémère, celle-ci doit toucher et faire rapidement passer un message. L’esthétique, l’imagerie référentielle utilisée, mais aussi les moyens de production et la liberté d’affichage font également partie des questions abordées.

Les affiches présentées dans cette exposition sont un vibrant témoignage du combat de centaines de militants bénévoles parmi lesquels figurent des artistes et graphistes renommés tels que Wilchar, Diluck, Roger Somville, Willy Wolsztajn et les Liégeois Paul Renotte et Willy Warnier.

Enfin, vous pourrez également admirer la toile La Marche au socialisme (1951) réalisée par Forces murales et Métiers du mur, dont la Ville de Liège a assuré la restauration spécialement pour l’occasion. Qu’elle en soit vivement remerciée.

En parallèle de l’exposition, trois visites-conférences (visite guidée : 18h – conférence : 19h) sont organisées :
- mardi 5/11/2013 : "Cela vaut-il la peine de se rebeller ?" par Anne Morelli
- mardi 19/11/2013 : "Propagande et esthétique. Le cas de l’affiche politique en Belgique" par Jean-Patrick Duchesne
- mardi 3/12/2013 : "Les communistes à Liège" par Jules Pirlot

L’exposition est accompagnée d’une publication qui prend la forme d’un numéro spécial de Liège Museum, le bulletin des musées de la Ville de Liège (prix de vente : 2 euros)

Cette exposition a été organisée par l’IHOES, le CArCoB, le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches et le Mundaneum en collaboration avec les Musées de la Ville de Liège.

Pour plus d’informations sur cette exposition, consultez ICI le dépliant en version PDF et aidez-nous à promouvoir l’exposition en le diffusant largement autour de vous.

Informations pratiques :
BAL (musée des Beaux-Arts de Liège) – Salle Saint-Georges, Féronstrée 86 – 4000 Liège.
www.beauxartsliege.be ; www.lesmuseesdeliege.be
info@lesmuseesdeliege.be ; tél.  : 04/221.89.11 ou 93.25

Nos nouvelles analyses

Un peu dans la veine de l’article qu’il avait publié en mars sur la communication politique de l’Open Vld (analyse n° 108 de l’IHOES), Geoffrey Geuens enquête cette fois sur le SP.A via sa nouvelle analyse : Des discours et des hommes : enquête sur les (ex-)dirigeants du SP.A et la stratégie de communication du parti : de l’image institutionnelle aux réalités socio-professionnelles.

À notre époque, alors que les guerres se succèdent sans qu’on en saisisse toujours les tenants et les aboutissants, alors que croît le sentiment d’impuissance des citoyens, il n’est pas inutile de regarder en arrière pour savoir comment, dans un monde tout aussi complexe, des jeunes se positionnaient, s’exprimaient, agissaient. Camille Baillargeon se penche sur les œuvres pacifistes des collectifs Forces murales et Métiers du mur dans une analyse qui fait le point sur L’art progressiste en Belgique au temps de la "paix impossible". De l’Appel de Stockholm à la fin de la guerre de Corée, soit de 1950 à 1953.

L’analyse de Jeannine Fonck, Naître, toute une histoire, nous fait part du récit et des positions de cette accoucheuse indépendante qui fut, dans les années 1950, l’une des premières à pratiquer l’accouchement sans douleur dans les quartiers de Saint-Nicolas, Montegnée ou Glain, peuplés d’ouvriers mineurs et de migrants. Une page d’histoire populaire, mais aussi d’éducation populaire, qu’il nous semble précieux de préserver et de diffuser.

Des nouvelles du centre d’archives et de la bibliothèque

Depuis notre lettre d'information du mois d'août 2013, deux nouveaux fonds d'archives sont venus accroître les collections de l'Institut. Le premier émane de la centrale nationale du Syndicat des employés, techniciens et cadres (SETCa). Couvrant la période 1972-1994, ce fonds d'environ 4,5 mètres linéaires est constitué pour plus de la moitié d'un nombre conséquent de photographies, et pour le reste d'archives syndicales, de périodiques et de documents de propagande pour les élections sociales.

Le second fonds, récupéré tout récemment en Pierreuse auprès de Daniel Conradt, est en rapport avec l'ancienne usine métallurgique New Tubemeuse à Flémalle. D'un volume d'environ un mètre linéaire, il s'agit pour l'essentiel de notes et de procès-verbaux des conseils d'administration, principalement pour les années 1981 à 1986. Ces papiers étaient précédemment détenus par Jules Gazon, administrateur-délégué et directeur général de l'entreprise avant sa liquidation.

Enfin, du côté de la bibliothèque, l'IHOES a reçu, de la part de l'acteur et éditeur Jean Delval, 82 monographies appartenant à la collection "Théâtre-Action" des Éditions du Cerisier, à Cuesmes.

Rejoignez-nous à la Foire du livre politique

Avec cette 6e édition, la Foire du livre politique devient le rendez-vous traditionnel d’automne de l’IHOES. Rendez visite à notre stand, découvrez-y nos dernières publications et analyses et rencontrez notre équipe.

Informations pratiques :
Foire du livre politique
Cinéma Sauvenière - Place Xavier Neujean – Liège
Samedi et dimanche 9 et 10 novembre 2013
Ouverture des portes de 13h à 20h
Entrée gratuite

Rêve Général

Le projet artistique Rêve Général, monté par Arsenic 2, entend dénoncer le fatalisme d’une crise qu’on veut nous présenter comme inévitable. Il mise sur la capacité du théâtre de réaffirmer la place cruciale de l’imaginaire dans la construction d’une société plus juste, et ainsi de recréer les figures de la résistance. Résister, c’est sans doute avant tout refuser d’être sans mémoire. C’est se réapproprier l’histoire pour en faire une arme d’émancipation massive, pour permettre aux luttes de se renouveler, à l’espoir de rester vivant, aux peuples d’être les acteurs de leur propre histoire. Cette nécessité pour chacun de se réapproprier l’histoire est un des leitmotivs de l’IHOES dans son activité d’éducation permanente. Il était donc tout naturel qu’il s’associe à cette combinaison de trois spectacles qui interrogent le passé de notre pays.

Lors de la création de Montenero, nous avions déjà souligné le rapport fort entre création théâtrale et mémoire dans notre analyse intitulée "Mémoire et histoire comme sources de création théâtrale : le cas de Montenero 53" (analyse 32 téléchargeable ICI). Le second spectacle, Grève 60 "Ce n’est pas parce qu’on n’a plus de beurre qu’on en a oublié le goût", a mis à contribution nos collections tant iconographiques que de témoignages audiovisuels. Enfin, L’Homme qui valait trois milliards s’inscrit parfaitement dans le courant de la connexion entre mouvements sociaux et culture que nous avons étudié dans une analyse précédente (analyse 73, à télécharger ICI). Nous vous invitons à aller (re)voir ces spectacles.

Du 12 novembre au 7 décembre 2013
Réservations : 04/243.43.43
Pour plus d’informations : arsenic.eu

Institut d'histoire ouvrière, économique et sociale
3, Avenue de Montesquieu B-4101 SERAING
Tél./fax : +32 (0)4 330 84 28 ou +32 (0)4 330 84 46
Courriel : info@ihoes.be - Site Web : www.ihoes.be