IHOES - Lettre d'information n° 58 (novembre 2018)
Meilleurs vœux pour l'année 2018 !

En novembre dernier, nous vous annoncions la sortie de notre étude consacrée à la catastrophe minière de l’Agrappe survenue dans le Borinage en 1879, parue dans les Annales du Cercle d'histoire et d'archéologie de Saint-Ghislain et de la région et signée Camille Baillargeon. Ci-dessous, vous découvrirez le bilan complet des analyses de l’année écoulée (cliquez sur un numéro d'analyse pour l'afficher au format PDF) :


  • 168. Les quatre Eurotours de l’objection de conscience « pour le droit au refus de tuer » (1989-1992), par Alain Chevalier.
  • 169. Militance vs militantisme ou quand l'histoire des mots raconte l'histoire des choses, par Anne-Martine Henkens.
  • 170. Le pacifisme en Belgique du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale : que nous racontent les images ?, par Camille Baillargeon.
  • 171. « Récits de vie : des migrantes se racontent », cheminement d’un projet interculturel et citoyen (2012-2017), par Dawinka Laureys.
  • 172. Remise en question du processus révolutionnaire par le biais du révisionnisme : évolution historiographique, par Micheline Zanatta.
  • 173. Le pacifisme en Belgique après 1945 : que nous racontent les images ?, par Camille Baillargeon.
  • 174. Le combat pour la paix, un combat syndical ? Les relations contrastées entre le mouvement pacifiste et le syndicat socialiste, par Ludo Bettens.
  • 175. Les manuels scolaires, outils politiques ?, par Anne-Martine Henkens.
  • 176. Remise en question du processus révolutionnaire par le biais du révisionnisme : traitements médiatique et éditorial, par Micheline Zanatta.
  • 177. Les affiches de sécurité, une conception très particulière de la prévention des accidents du travail, par Eric Geerkens.
  • 178. « L'artiste doit devenir un homme du peuple, un homme parmi les hommes. », par Camille Baillargeon.
  • 179. L’architecture de l’intérêt général : économie sociale et solidaire et économie publique, par Bernard Thiry.
  • 180. Les fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune, une création théâtrale d’utilité publique, par Martine De Michele & Dawinka Laureys.
  • 181. Solidarité avec les dispensaires sociaux en Grèce, par Marie France Deprez.
  • 182. Activiste ou militant ?, par Anne-Martine Henkens.


Plusieurs de ces analyses vous ont déjà été présentées via nos précédentes lettres d’information et notre page Facebook. Nous vous présentons ci-dessous celles parues en décembre.

Dans l’article Les affiches de sécurité, une conception très particulière de la prévention des accidents du travail, Eric Geerkens (ULg) revient sur une conception qui a prévalu pendant près de 40 ans dans les campagnes de sécurité industrielle, selon laquelle la majorité des accidents sont attribuables au facteur humain, occultant en grande partie la responsabilité patronale en matière de prévention. Il interroge plus spécifiquement les productions de Calisto Peretti, fils de mineur immigré formé à la publicité.


Dans Solidarité avec les dispensaires sociaux en Grèce, Marie France Deprez s’intéresse à une action de solidarité menée par la Centrale Générale des Services Publics (secteur des Administrations Locales et Régionales) pour venir en aide aux dispensaires sociaux grecs et dénoncer les politiques d'austérité imposées par l'Union européenne, mettant à mal les soins de santé en Europe.

Une autre analyse est consacrée à un artiste plasticien, Louis Deltour (1927-1998), l’un des membres du collectif Forces Murales. Dans l’article intitulé « L'artiste doit devenir un homme du peuple, un homme parmi les hommes », Camille Baillargeon s’intéresse à l’ensemble de son parcours, à ses œuvres, à son engagement en faveur du peuple... L’article Les fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune, une création théâtrale d’utilité publique valorise aussi la culture populaire dans la mesure où ce spectacle nous met en contact direct avec un chapitre clé de notre histoire sociale, celui de « l’accord charbonnier » de 1946 entre l’Italie et la Belgique. Metteuse en scène au sein de « En Cie du Sud », Martine De Michele nous expose la genèse, le processus de réadaptation et les enjeux actuels de la pièce, basée sur une création de 1996 du Théâtre de la Renaissance de Seraing.

La thématique « analyse et évolution des discours politiques et économiques » a été quant à elle particulièrement investie en cette fin d’année. Dans le prolongement de l’analyse n° 172, Micheline Zanatta a poursuivi son enquête sur la « remise en question du processus révolutionnaire par le biais du révisionnisme », en se penchant cette fois sur les propos tenus par les médias et le monde éditorial quant aux révolutions française et bolchevique. De son côté, Bernard Thiry (HEC - CIRIEC) nous fait remarquer combien « l’intérêt général » est un concept peu évoqué en science économique et pourtant essentiel, qu'il s’agisse de l’intérêt collectif visé par l’action des autorités publiques ou bien de l’intérêt commun poursuivi par les organisations d’économie sociale et solidaire.

Enfin, dans Activiste ou militant ?, Anne-Martine Henkens continue l’exploration du vocabulaire du militantisme qu’elle avait entamée dans l'analyse n° 169 consacrée aux termes militance et militantisme. Elle y mène une vaste enquête lexicologique et historique pour comprendre ce qui différencie et ce qui relie le militant de l’activiste, ainsi que la façon dont ces deux termes ont évolué à l’intérieur de la langue française depuis le début du XXe siècle.

Logos