IHOES La presse clandestine de Seraing 1940-1944
Collections
Productions
Historique
Infos pratiques
Contacts
Liens
Churchill Gazette

Patchwork
Parmi les importantes collections de l’IHOES figurent de nombreux fonds liés à la Résistance, constitués notamment des archives personnelles d’anciens résistants (Joseph Davenne, Théo Dejace, Jenny Dumont, Juliette Franquet…), des archives de groupes de Résistance (Service D, Front de l’Indépendance…) et un ensemble remarquable de journaux clandestins de la Seconde Guerre mondiale qui comprend près de 350 titres différents couvrant la Belgique entière.

Persuadé de l’efficacité du travail de mémoire dans la lutte contre la résurgence de l’idéologie d’extrême droite, l’IHOES s’est régulièrement penché sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance, au travers de publications (Paul Daxhelet. Au Fort de Huy, été 1941) et surtout d’expositions, comme Liège, l’insoumise libérée, Hors du pays l’Occupant ou la Presse clandestine. La conception de cette exposition, organisée à la fin des années nonante, a entraîné l’acquisition de nouveaux fonds d’archives et de nombreux documents photographiques. Aussi l’envie s’est manifestée chez trois historiennes bénévoles de l’Institut (Micheline Zanatta, Lily Rochette-Russe et Jeanne-Marie Noiroux) qui avaient collaboré à l’exposition de prolonger celle-ci par une publication afin de poursuivre la réflexion entamée et valoriser les importantes recherches menées.

La presse clandestine de Seraing est en effet à bien des égards emblématique : avec ses 16 titres, elle représente à elle seule près de 10% de la presse clandestine liégeoise et connaît une grande diversité de tendances. Elle comprend, outre deux grands formats (Le Monde du travail, organe socialiste et le journal anglophile Churchill Gazette), 10 clandestins d’entreprises (de tendance socialiste ou communiste) qui organisent la lutte dans les usines, les mines et les services publics, 3 feuilles d’étudiants et une feuille humoristique (Radio Patacoye). Elle se caractérise également par sa précocité (Radio Patacoye qui paraît dès mai 1940 est le premier titre clandestin en région liégeoise, voire même en Belgique) et sa longévité (Le Monde du travail et Churchill Gazette paraissent respectivement à partir de 1940 et 1941 et ce jusqu’à la fin de la guerre).

Seraing constituait un terreau fertile pour le développement d’une presse clandestine : important centre industriel et économique, il regroupe une population diversifiée socialement et propose une presse d’opinion bien implantée. De plus, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, Seraing "la Rouge" se caractérise par la prédominance des deux partis ouvriers (qui représentent à eux seuls 70% de l’électorat).

L’ouvrage prend soin de rappeler que la presse clandestine s’inscrit dans le prolongement de la prise de conscience et du combat mené, dès avant l’Occupation allemande, par divers mouvements contre le fascisme et la guerre, combat qui s’incarnera notamment dans le soutien à l’Espagne républicaine. Les militants de la Presse clandestine seront souvent issus des rangs de ces divers mouvements (Personnel enseignant socialiste, Jeunes Gardes socialistes, Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, le Comité mondial des femmes, le Rassemblement universel pour la paix…) et mettront à profit les liens tissés entre eux.

Au travers d’archives, de photos et de témoignages, La Presse clandestine de Seraing retrace l’évolution de cette presse libre et dresse un panorama complet des 16 titres publiés, de leurs auteurs et de leur lectorat. L’ouvrage met en évidence le véritable tour de force que constitue l’élaboration d’un journal clandestin et rend hommage au courage de ceux qui s’investirent dans cette opposition particulièrement efficace à l’occupant et qui, souvent, payèrent leur engagement d’un prix élevé : arrestation, déportation ou exécution.

Voir la fiche de la publication
Commander cette publication